Elections municipales genevoises – soudaine hausse des demandes d'amitié Facebook !

A Genève, on nous annonce 1'863 candidatures pour les élections municipales du 15 mars prochain. Je sens déjà que depuis ce début d'année 2020, Facebook veut plutôt dire “Fondre sur les internautes et les Baratiner jusqu'aux élections..” . et les demandes d'amitié FB augmentent sérieusement depuis quelques jours. Le mieux étant l'ennemi du bien, je pense que ce tsunami d'incitations électorales pour ne pas dire électoralistes sur FB et sur les autres réseaux sociaux peut lasser les meilleurs et même ceux qui croient au débat public, ce qui est mon cas. Et toutes ces demande soudaines "d'amitié" de la part de personnes que je connais ni d'Ève, ni d'Adam me crispent plus qu'autre chose. Ceci dit, au final, une fois les élections passées, combien d'espérances déçues et d'épuisement avant l'heure va-t-on constater s'agissant de candidats lancés pour certains trop abruptement dans le chaudron de la politique communale ?  Un autre danger guette les futurs élus novices : suivre sans discuter les consignes de vote de leur parti. En France, un néologisme désigne péjorativement ces parlementaires qui suivent sans discuter les consignes de vote de leur formation. On les appelle les “Godillot”. Au cours des grandes années de la présidence du général de Gaulle, le Canard Enchaîné avait même publié un “Dictionnaire des godillots” qui fit fureur à l'époque. Mais d'où vient donc ce terme de “Godillot” ? On le doit au brave Monsieur Alexis Godillot qui possédait une manufacture de chaussures militaires pour l'armée française lorsque débuta la guerre de Crimée en 1853. Ces brodequins furent très vite surnommés "Godillots" par les soldats. Alexis Godillot était soucieux du confort du soldat puisqu'on lui doit une amélioration notable au niveau de la conception des chaussures, celle de la différenciation entre le pied droit et le pied gauche ! De son vivant, Alexis Godillot n'a certainement jamais pensé qu'il passerait à la postérité en donnant son nom à un néologisme à usage politique. Une situation proche de celle du préfet de la Seine Monsieur Eugène-René Poubelle quelques années plus tard, dont le nom sera donné aux récipients à ordure qu'il ordonna de confectionner et dont l'usage permit d'améliorer l'hygiène des rues parisiennes. Ceci dit, bonne chance à toutes et tous, dans toutes  nos belles communes genevoises, pour le bien de la République !

Claude Bonard

Godillot.jpeg

Illustration : Huile de Vincent van Gogh 1886, (wikipedia D.R.)

 

Les commentaires sont fermés.