Les Djinns et le déboulonnage des icônes du passé

Déboulonnages des icônes du passé, places débaptisées, l'Oréal qui supprime les mots blanc et blanchissant sur ses produits, l'Oncle Ben porté disparu, les Maures qui sont redevenus une ancestrale peuplade berbère .... John Sutter qui, aujourd'hui, serait retiré des vignettes des albums Nestlé Peter Cailler Kohler s'ils existaient encore .... alors que nous réserve l'avenir ? est-ce le coeur ? est-ce la raison ? est-ce le conformisme et la tradition qui doivent nous éclairer ? ne nous y trompons pas ... j'entends cette rumeur qui enfle et qui enfle encore ! Faut-il en rire, faut-il en pleurer, ou au contraire, faut-il la prendre au sérieux ? cette vague sourde qui gronde jour après jour chez nous comme ailleurs me fait penser à ce poème de Victor Hugo Djinn Hugo.jpgintitulé "Les Djinns" publié en 1829. Tout porte à croire que nous n'en avons pas fini avec cet orage qui se transforme en tempête ... une fois la boîte de Pandore ouverte, il est vain de vouloir la refermer .... Plus que jamais la sérénité doit être de mise pour ne pas nous laisser entraîner dans une "épuration éthique" * incontrôlable, ce qui présuppose aussi que cette même notion d'éthique guide les actes de celles et ceux qui demain ou après-demain, pourraient se voir  appelés à se pencher sur les faits reprochés à certains personnages  dérangeants de notre passé et à prendre un certain nombre de décisions à leur propos.

Les Djinns, extrait :

La rumeur approche.
L'écho la redit.
C'est comme la cloche
D'un couvent maudit ;
Comme un bruit de foule,
Qui tonne et qui roule,
Et tantôt s'écroule,
Et tantôt grandit,

Dieu ! la voix sépulcrale
Des Djinns !... Quel bruit ils font !
Fuyons sous la spirale
De l'escalier profond.
Déjà s'éteint ma lampe,
Et l'ombre de la rampe,
Qui le long du mur rampe,
Monte jusqu'au plafond.

 

Dessin : (D.R.)
http://verrahrubicon.free.fr/

* la paternité du terme "épuration éthique" revient à mon ami Jean Romain et me paraît particulièrement convenir aux temps que nous vivons.

Les commentaires sont fermés.