• Les Djinns et le déboulonnage des icônes du passé

    Déboulonnages des icônes du passé, places débaptisées, l'Oréal qui supprime les mots blanc et blanchissant sur ses produits, l'Oncle Ben porté disparu, les Maures qui sont redevenus une ancestrale peuplade berbère .... John Sutter qui, aujourd'hui, serait retiré des vignettes des albums Nestlé Peter Cailler Kohler s'ils existaient encore .... alors que nous réserve l'avenir ? est-ce le coeur ? est-ce la raison ? est-ce le conformisme et la tradition qui doivent nous éclairer ? ne nous y trompons pas ... j'entends cette rumeur qui enfle et qui enfle encore ! Faut-il en rire, faut-il en pleurer, ou au contraire, faut-il la prendre au sérieux ? cette vague sourde qui gronde jour après jour chez nous comme ailleurs me fait penser à ce poème de Victor Hugo Djinn Hugo.jpgintitulé "Les Djinns" publié en 1829. Tout porte à croire que nous n'en avons pas fini avec cet orage qui se transforme en tempête ... une fois la boîte de Pandore ouverte, il est vain de vouloir la refermer .... Plus que jamais la sérénité doit être de mise pour ne pas nous laisser entraîner dans une "épuration éthique" * incontrôlable, ce qui présuppose aussi que cette même notion d'éthique guide les actes de celles et ceux qui demain ou après-demain, pourraient se voir  appelés à se pencher sur les faits reprochés à certains personnages  dérangeants de notre passé et à prendre un certain nombre de décisions à leur propos.

    Les Djinns, extrait :

    La rumeur approche.
    L'écho la redit.
    C'est comme la cloche
    D'un couvent maudit ;
    Comme un bruit de foule,
    Qui tonne et qui roule,
    Et tantôt s'écroule,
    Et tantôt grandit,

    Dieu ! la voix sépulcrale
    Des Djinns !... Quel bruit ils font !
    Fuyons sous la spirale
    De l'escalier profond.
    Déjà s'éteint ma lampe,
    Et l'ombre de la rampe,
    Qui le long du mur rampe,
    Monte jusqu'au plafond.

     

    Dessin : (D.R.)
    http://verrahrubicon.free.fr/

    * la paternité du terme "épuration éthique" revient à mon ami Jean Romain et me paraît particulièrement convenir aux temps que nous vivons.

  • Covid-19, champagne et dafalgan : halte au feu !

    Je ne voudrais pas jouer les rabat- joie, mais une amie qui vit au Mississippi m'informe que dans cet Etat américain d'environ 3 millions d'habitants, on dénombre 24'516 cas de Covid-19 et 1016 décès, et, tenez-vous bien, 1'092 nouveaux cas depuis hier ! Alors chez nous à Piogre, pour les adeptes du champagne et du dafalgan en guise de soins,  pour les adeptes de la gripette qui taxent les sceptiques de "pétochards" voire de pleutres, qui clament à qui mieux-mieux "vive la vie ! il faut rester positif" et qui sautent comme des cabris pour reprendre l'expression de Charles de Gaulle, vous me pardonnerez, mais je ne les suis pas. Ce qui se passe  au Mississippi  et ailleurs aux USA et en d'autres lieux de notre monde pourrait bien nous réserver de mauvaises surprises tout bientôt ! Ma conclusion : chacun de nous doit être responsable de ses actes Mississippi_in_United_States.svg.pngselon sa conscience. Moi qui n'aime pas les religions, la mienne est pourtant faite en ce cas très précis : ne baissons pas la garde ! sinon nous allons le payer très cher ... trop cher ... et il sera trop tard pour pleurer. 

    Claude Bonard

  • Quel rapport entre le bombardement d'Alger et Genève ?

    Cher amis Genevois, l'histoire du bombardement du port d'Alger par l'amiral français Abraham Duquesne qui prit fin le 26 juin 1683 a un lien indirect avec notre cité à travers la famille de l'illustre marin. C'est en effet le marquis Henri Duquesne, Protestant et fils de amiral qui bombarda Alger qui fit construire le superbe hôtel particulier édifié en 1702 qui se trouve en face de la cathédrale Saint-Pierre. Lorsque vous passerez la prochaine fois devant la Maison Duquesne, souvenez-vous qu'en d'autres temps, les Protestants persécutés songeaient à traverser les mers pour se mettre en sécurité ! Au lendemain de la révocation de l’Édit de Nantes en 1689, des huguenots français, réfugiés en Hollande, conçoivent le projet de fonder une république protestante. Ils font part de leur projet à Henri Duquesne qui nourrissait l’idée d’affréter des navires pour les huguenots exilés afin des les envoyer en différents endroits déserts de par le monde « où ils sauraient faire fructifier la terre et honorer la parole de Dieu . Le choix de Duquesne se porte vers l'île de Mascarin de la Réunion , dépeinte comme « l’île d’Éden". Finalement, le projet fut abandonné.

     

    Claude Bonard 

     

    Illustration : la Maison Duquesne, aquarelle de Benoît Michel-Schonne

  • J'ai mal à mes Cropettes !

    En lisant dans la JulieGenève Cropettes jardfinier 22 avril 14.jpg l'article consacré aux bandes qui écument les Grottes, j'ai mal à mes Cropettes. Ce parc qui m'a laissé tant de souvenirs de l'époque de mon école enfantine et de mon école primaire, il y a bien longtemps, au médian des années 50 ! A l'époque, le quartier des Grottes était délabré mais bon vivant. Et nous pouvions traverser le parc des Cropettes et y jouer sans risques... les seules personnes un peu étrange à nos yeux que nous rencontrions dans le quartier étaient les "bras pendants", les journaliers, casquette en coin et litron de gros rouge dans la poche de leur veste rapiécée qui attendaient de pouvoir gagner quelques sous en chargeant ou déchargeant les chars à chevaux alignés devant l'ancienne gare aux marchandises. Sinon, le jardinier du parc était un vrai chien de garde dès que l'on faisait mine de mettre le pied sur un brin d'herbe et il y avait presque en permanence un garde municipal qui tournait dans le parc. Tempi passati ....

    Claude Bonard

    https://www.tdg.ch/la-violence-des-jeunes-en-errance-pourri…

  • Russie 1812 des Genevois dans la tourmente

    24 juin 1812 début de la Campagne de Russie : pour ne pas oublier les Genevois et ceux du Département du Léman tombés ou disparus.

    De nombreux soldats originaires de Genève et du département du Léman perdirent la vie ou disparurent en Russie. Ils étaient notamment incorporés au sein du 35e régiment d'infanterie de ligne. Au 31 décembre 1812, ce régiment ne comptait plus que 36 officiers et 76 sous-officiers et soldats selon l'étude "les Genevois sous les Aigles" que l'on doit à la plume du regretté Walter Zurbuchen, Archiviste d'Etat honoraire. Plus généralement, selon l'auteur, au cours des guerres de l’Empire, près d’un millier de conscrits de Genève et du Département du Léman sont morts au combat ou ont été portés disparus, en Prusse orientale, sur les bords du Niémen, ou encore du côté de Raguse ou de la Catalogne, en défendant une cause qui n’était pas forcément la leur. Il ne faut pas les oublier. C'est en ce funeste 24 juin 1812 que débutait la funeste campagne de Russie. La Grande Armée de Napoléon 1er comptait alors environ 614'000 hommes qui franchirent le Niémen. En décembre, soit six mois plus tard, les pertes seront effroyable à l'issue de la retraite. L'historien Thierry Lentz, spécialiste de cette campagne les estime à environ 200'000 morts (la moitié au combat et le reste de froid, de faim ou de maladie), 150'000 à 190'000 prisonniers tombés entre les mains des Russes. On compte aussi 130'000 soldats disparus ou ayant déserté au cours de la marche sur Moscou et près de 60'000 qui se réfugièrent chez l'habitant. Enfin, moins de 30'000 soldats repassèrent le Niémen à la fin de la campagne.

    Claude Bonard Wojciech_Kossak_-_Biwak_pod_Berezyną.jpg

    Illustration : 1812, tableau signé Wojciech Kossak (1856-1942)
    Wikipedia (d.r,)