Dans la rubrique "qui s'en souvient aujourd'hui ?"

Le 22 novembre 1841, au terme d'une manifestation musclée dont les Genevois sont friands  sur la Treille lors d'une session du Conseil représentatif, les autorités cèdent à la pression populaire. Elles  acceptent de convoquer une assemblée constituante. La constitution de 1842 qui en résulta  ne fut qu'une parenthèse puisque l'année 1846 fut  celle de la révolution radicale. Une nouvelle Constitution fut adoptée le 24 mai 1847. Elle  constitua  HdV1.jpeg la loi fondamentale des Genevois jusqu'au 14 octobre 2012.
 
Le point de départ de la poussée de fièvre du 22 novembre avait été la fondation quelque mois plus tôt, le 3 mars 1841  de "l'Association du trois mars" qui regroupait une partie de la Genève économique et intellectuelle. Ce groupe de pression politique prônait la suppression du suffrage censitaire, la réduction du nombre des membres du Conseil d'Etat et du Conseil représentatif (organe législatif) et demandait un accroissement des compétences de ce dernier en matière législative et budgétaire. Progressivement, la droite conservatrice effrayée par les rapides progrès de l’esprit démocratique trouvait en face d’elle des adversaires politiques libéraux dont l’aile gauche deviendra le creuset du radicalisme naissant.
 
Claude Bonard

Les commentaires sont fermés.