Restauration genevoise : une proclamation entre cafouillage et fausse date

Voici l'histoire de la première Genferei de l'histoire de l'indépendance retrouvée de la République ! Le comte Ferdinand von Bubna und Littitz et les troupes autrichiennes entrent à Genève vers 13h30 le 30 décembre 1813. Les habitués qui se rassemblent  usuellement  le 30 décembre au soir afin d'assister à la cérémonie organisée par la Société Militaire de Genève connaissent bien le texte de la proclamation datée du 31 décembre 1813  qui annonce la restauration de la République. Une harangue   rédigée dans le style ampoulé et obséquieux  du temps par les autoproclamés “Magnifiques et Très-Honorés Seigneurs Syndics et Conseil de la Ville et République de Genève."  Pourtant, cette proclamation ne fut  pas lue le 31 décembre sur les places de la ville mais seulement le lendemain 1er janvier 1814. Bubna  avait exigé que ce texte  lui soit soumis avant publication. Un témoin du temps, Amédée Jules Pictet de Sergy, avocat appelé à devenir membre du Conseil Représentatif a décrit ces péripéties dans un ouvrage publié en 1869: "... la journée tout entière s'est écoulée à discuter, corriger, imprimer, réimprimer, et rien ne s'était trouvé prêt avant la nuit. On dut renvoyer la publication au lendemain, mais on oublia d'en changer la date primitive."

Ainsi s'écrivit l'Histoire ! ... 

Avec une note positive cette année malgré les circonstances du moment :  la commémoration de la Restauration, demain matin sur la Treille aura lieu dans le respect des règles sanitaires et dans un « format » simplifié. Le canon tonnera donc conformément à la tradition ! Restauration Proclamation.jpg

Claude Bonard

 

Les commentaires sont fermés.